Safran du Gâtinais
# Plantes aromatiques et médicinales

Safran du Gâtinais

Le safran, avec son goût amer, est une épice des plus luxueuses, apprécié pour son pouvoir de rehausseur de goût.

L’histoire du safran dans le Gâtinais remonte au début du Moyen-âge. On attribue son origine dans la région aux Croisés. Ils l’auraient rapporté d’Asie Mineure tout comme les Arabes dans le sud de l’Espagne. Son apparition dans le Gâtinais est attribuée à Geoffroy Porchaires. Ce gentilhomme, propriétaire de la terre de Boynes, rapporte d’Avignon, quelques bulbes de safran.

La culture du safran, un véritable succès.

Sa culture est officialisée en 1698 par un édit du roi Louis XIV. Le safran du Gâtinais remporte rapidement une renommée mondiale. Jusqu’au début du XIXème, les cours de cette épice sont fixés sur le marché de Pithiviers. Sa production se compte en tonnes. Avec 30 000 kg produit en 1789 et 10 000 en 1869, la disparition rapide de cette production au début du XXème siècle est difficile à expliquer.

Une floraison en octobre pour le safran du Gâtinais

Depuis quelques années, la culture est relancée. Certains producteurs de la région pérennisent ce type de culture si méticuleux, justifiant le prix cette épice parmi les plus chères au monde. Ce luxe s’explique aisément lorsqu’on sait que la cueillette de 150 à 200 fleurs apporte seulement 1 gramme de safran ! C’est au mois d’octobre que les bulbes de safran fleurissent pour produire cette délicate et petite fleur violette. La récolte a lieu tout au long du mois d’octobre, et l’émondage consiste à retirer les 3 filaments rouges de la fleur. C’est une fois séchés que les filaments seront mis en bocaux.