Claquesin
# Boissons

Claquesin

De cette liqueur, des notes de pin se détachent aisément pour obtenir ce goût si unique, frais et revigorant propre à cette boisson alcoolisée.

Le Claquesin est né en Île-de-France, et plus précisément suite à l’union de Mademoiselle Lefèvre, dont le père tient une fabrique de liqueur, et Monsieur Claquesin, pharmacien herboriste. Leur union en 1880 signe l’idée de monsieur, qui profite de l’engouement des Français pour la liqueur et y associe ses connaissances professionnelles. Il a ainsi l’idée d’extraire le « goudron » des résines de pin de Norvège, en le mélangeant à de la liqueur pour en atténuer l’odeur de goudron. De ce mélange naît le « goudron hygiénique, qui sera primé à l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Pour autant, la liqueur telle que consommée de nos jours va encore connaître quelques modifications, pour être appelé définitivement « Claquesin ». A la mort de monsieur, la jeune veuve décide de continuer sa production, et construit une usine à Malakoff, toujours en activité aujourd’hui.  Dès les années 1920, cet alcool est exporté.

Apéritif et digestif

Utilisée comme apéritif, digestif ou en grog, la liqueur est de couleur brun foncé, et sa texture liquoreuse en bouche annonce des notes très fortes de résine de pin. Alcool fort, il est apprécié et dégusté avec modération. Pour sa conception, il suffit de laisser macérer séparément les différentes plantes aromatiques qui le composent, dans de l’alcool de bouche. C’est une fois filtré et macéré que les jus obtenu vont être distillés. Les distillats sont ensuite mélangés, et se voient ajouter sucre, alcool, caramel et eau. De cette préparation naît le Claquesin, avec 18% d’alcool, qui ne nécessite pas de vieillissement, et peu être mis en bouteille et consommé dès lors.
 
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.