Moisson d'Île-de-France
#Agriculture

La moisson bat son plein en Île-de-France !

Le grain arrive à maturité dans les champs d’Île-de-France ! Un moment attendu dans le « grenier à blé » de l’Hexagone.

Une moisson tardive mais encourageante

Si la pluie nourrit les plants de blé et gonfle leurs épis, elle retarde aussi le passage des moissonneuses ! L’humidité est un facteur déterminant pour nos moissonneurs. Si le taux d’humidité est supérieur à 15,5 %, le blé devra même passer en cellule de séchage pour ne pas gâcher le travail d’une année.

Pourtant cette année, la pluie se sera fait attendre au début du printemps ! Son arrivée tardive aura cependant comblé toutes les attentes, avec un mois de juin particulièrement arrosé. Les voyants sont globalement au vert pour une quantité de grains satisfaisante, avec un rendement du blé tendre proche des 75 quintaux/hectare. Les taux de protéines affichent aussi de bons résultats, une qualité que l’on espère à la hauteur des efforts de nos céréaliers !

Champ de céréales francilien

Le grenier à blé de la France

Si l’Île-de-France est une grande région céréalière, c’est grâce au travail des plus de 4 000 producteurs de céréales qui produisent en moyenne près de 2 millions tonnes de blé tendre par an. Des chiffres mis en avant par l’association Agriculteurs d’Île-de-France dans une opération de communication grand public pour expliquer leur métier. Avec 14% de la production nationale de farine, l’Île-de-France mérite son statut de grenier à blé de la France. La filière régionale nourrit directement les Franciliens, avec plus d’un milliard de baguettes chaudes chaque année. La moisson nous concerne tous !

Céréale moins connue, l’orge est le meilleur ami de nos brasseurs locaux. Le colza complète le panel des cultures récoltées ce mois-ci : l’huilerie plaine de Versailles en fait naturellement une huile mais aussi des tourteaux pour les vaches de notre région. Tout est lié en agriculture !

Enfin l’Île-de-France compte nombre de petites cultures qui font toute la diversité de ses paysages. Les lentilles et légumineuses grandissent aussi en Île-de-France : à la ferme de Saint Aubin, on cultive les lentilles depuis 10 ans. Des lentilles des Yvelines au quinoa en Essonne chez Emile et une graine, les moissons d’Île-de-France riment avec diversité et abondance !

A lire aussi